Actualite

89 présidents de barangay suspendus pour 6 mois en raison d’anomalies de l’aide en espèces – Manila Bulletin

Quatre-vingt-neuf barangays punong (présidents de barangay) ont été condamnés à une suspension préventive de six mois par le Bureau du Médiateur (OMB) après que le ministère de l’Intérieur et des Gouvernements locaux (DILG) a déposé des plaintes contre eux pour leur implication présumée dans les irrégularités liées à la mise en œuvre de la première tranche du programme d’amélioration sociale (PAS).

Secrétaire du DILG Eduardo Año
Secrétaire du DILG Eduardo Año
(BULLETIN PCOO / MANILLE)

Le secrétaire du DILG, Eduardo M. Año, a ordonné aux maires respectifs des municipalités ou des villes des barangays punong concernés de mettre immédiatement en œuvre l’ordre du Bureau du Médiateur dès réception de l’ordre, tandis que les agents régionaux et de terrain du DILG étaient chargés d’assurer la mise en œuvre ordonnée de la ladite suspension de masse.

Il a cité l’Ombudsman Samuel Martires pour avoir immédiatement donné suite aux plaintes déposées par le DILG, car cela servira d’avertissement sévère à toutes les unités gouvernementales locales que tout acte répréhensible de leur part ne sera pas toléré par le ministère.

Dans une ordonnance datée du 2 septembre 2020, le Bureau de l’Ombudsman a déclaré que «les preuves au dossier montrent que la culpabilité de ces barangays punong est forte et que les accusations portées contre eux impliquent une malhonnêteté grave, une faute grave, un abus de pouvoir et une conduite préjudiciable au meilleur intérêt du service qui peut justifier la suppression du service. »

Le Médiateur a soutenu que le maintien en fonction de ces barangays punong pouvait porter préjudice à la plainte déposée contre eux, «(ainsi) les placer sous suspension préventive pour une période de six (6) mois en vertu de la loi de la République n ° 6770 est approprié en vertu de la locaux. »

Le sous-secrétaire et porte-parole de la DILG, Jonathan Malaya, a noté que la suspension des 89 barangays punong, la première suspension massive de ce type dans l’histoire du pays, n’est que la dernière d’une série de mesures prises par le DILG pour éliminer les fonctionnaires corrompus dans la mise en œuvre de le SAP.

Sur ordre du DILG, la Malaisie a déclaré que le PNP-CIDG avait intenté des poursuites pénales contre 447 personnes pour violation de la loi de la République 3019 (loi anti-greffes et pratiques de corruption), RA 11469 (loi Bayanihan 1) et RA 6713 (code de conduite fonctionnaires et employés du gouvernement), entre autres, en relation avec la mise en œuvre du programme d’amélioration sociale.

Parmi eux, 211 sont des élus locaux et barangay, 104 sont nommés barangay et 132 sont leurs co-conspirateurs civils.

Les affaires sont maintenant traitées par les différents procureurs municipaux et provinciaux à travers le pays qui ont commencé à déposer les informations nécessaires contre les suspects devant les tribunaux.

La région 1, la région métropolitaine de Manille et la région 2 ont les barangays punong les plus suspendus, tandis que la région administrative de la Cordillère et Caraga ont le moins de PB suspendus.

La région 12 n’a pas de PB suspendu.

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER QUOTIDIENNE

CLIQUEZ ICI POUR VOUS INSCRIRE

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer