Eh bien, Intel a même été inculpé et reconnu plus tard coupable d’avoir violé deux brevets de la technologie VLSI. Il devra donc payer 2,18 milliards de dollars (milliards) de compensation pour les dommages causés au conglomérat.

On parle donc essentiellement de 1,5 milliard de dollars pour la contrefaçon du premier brevet et de 675 millions de dollars pour la contrefaçon du second. De quels brevets s’agit-il? Tout indique qu’ils sont liés au contrôle des fréquences du processeur et aux techniques de tension utilisées.

Nous parlons de techniques brevetées par Freescale et SigmaTel, respectivement en 2012 et 2010. Cependant, Freescale a acheté Sigma … qui a ensuite été racheté par NXP. (Ces mouvements commerciaux sont toujours mignons). Fait intéressant, enfin, les brevets ont été transférés (2019) à VLSI. Pour quelle raison? C’est simple, l’idée était juste d’avoir tous les outils nécessaires pour se lancer dans une bataille «sanglante» avec Intel.

Bien entendu, Intel a déjà rendu public son désaccord avec la décision du jury. Ce qui est clair signifie que les courses aux tribunaux ne sont pas encore terminées, l’appel étant déjà en cours. Bref, il est très probable que cette bataille juridique durera encore quelques années.

Ce qui est parfaitement logique pour Intel, étant donné que 2 milliards de dollars est une somme très importante, étant donné que le record de chiffre d’affaires de la société est fixé à 5,9 milliards par trimestre.

Extension de garantie d’overclocking Intel «  tué  »

Il y a quelque temps, Intel a introduit le «Performance Tuning Protection Plan» (PTPP), qui servait essentiellement d’extension de garantie pour tout type de données pouvant survenir lors de la pratique de l’overclocking.

De cette façon, les acheteurs de processeurs Intel Core, à savoir les versions K, avaient la possibilité de mettre la main sur une unité complètement nouvelle, s’ils «tuaient» leur processeur en jouant avec les fréquences et les tensions. Un plan au coût de 20 ~ 30 €.

Eh bien … Le problème est qu’Intel a vraiment décidé de «tuer» le mal dans l’œuf, en mettant fin au plan une fois pour toutes. Après tout, Intel a déjà mis à jour la page pour démontrer que le plan est désormais EOL (c’est-à-dire End-Of-Life).

Étiqueté dans :