Le caricaturiste français contraint par la
les assaillants de l’hebdomadaire Charlie Hebdo pour les laisser entrer dans ses bureaux ont déclaré
Mardi qu’elle avait été traumatisée par des sentiments de culpabilité alors qu’elle se rappelait
horreur du massacre de janvier 2015.