Actualite

La Chambre approuve une mesure portant à 4 ans la période d’amnistie de l’impôt sur les successions – Manila Bulletin

La Chambre des représentants a adopté en troisième et dernière lecture un projet de loi prolongeant à quatre ans la période de disponibilité pour l’amnistie des droits successoraux pour permettre aux contribuables de faire face aux difficultés économiques provoquées par la pandémie COVID 19.

(PHOTO DU FICHIER BULLETIN DE MANILLE)

Avec 209 votes affirmatifs et zéro vote négatif, le projet de loi 7068 de la Chambre a empêché l’approbation de la lecture finale et attendra désormais l’adoption de la version du Sénat.

Rédigé par le leader de la majorité et le représentant de Leyte.Martin Romualdez HB 7068 modifiera la loi de la République n ° 11213 ou la loi d’amnistie fiscale de 2019 qui accordait une période de disponibilité de deux ans pour l’amnistie de l’impôt sur les successions.

Les représentants Yedda Marie K. Romualdez (Tinggog Partylist) et Wilter Plama II (Lakas-CMD, Zamboanga Sigubay) ont co-écrit la mesure.

En vertu du projet de loi, au lieu d’une période de disponibilité de deux ans de l’offre d’amnistie, elle sera portée à quatre ans.

Le HB 7068 prévoit que la période de quatre ans de recours à l’amnistie commencera dès que les règles et règlements d’application de la loi seront approuvés.

L’allégement fiscal unique peut être accordé à l’exécuteur testamentaire ou à l’administrateur d’une succession ou, en leur absence, aux héritiers légaux, cessionnaires ou bénéficiaires.

RA 11213 accorde une occasion unique aux administrateurs de la succession de régler les obligations fiscales successorales qu’ils n’ont pas acquittées au plus tard le 31 décembre 2017.

Il prévoit que les contribuables qui bénéficient de l’amnistie de l’impôt sur les successions bénéficient de l’immunité de paiement des impôts sur les successions, des affaires civiles, pénales et administratives et des sanctions.

Le défaut de se prévaloir de l’amnistie de l’impôt successoral permettra au gouvernement d’imposer les pénalités et les suppléments applicables pour les impôts successoraux impayés. Les frais de transfert de la succession seront également coûteux.

En poussant à l’adoption de la mesure, les auteurs ont noté que la demande d’amnistie actuelle expirera bientôt avec de nombreux exécuteurs testamentaires, généralement les héritiers des propriétaires décédés, toujours incapables de bénéficier du sursis fiscal.

«Il est tout simplement regrettable que les Philippines ne soient pas épargnées par les effets néfastes de la pandémie du COVID-19, au cours de laquelle de nombreuses personnes ont perdu leur emploi et fermé leur entreprise. La plupart des activités économiques ont été bloquées », ont déclaré les auteurs dans les notes explicatives du projet de loi.

Les difficultés économiques ont rendu encore plus difficile pour les gens de payer les impôts fonciers.

«Cet inconvénient peut prendre un certain temps à se rétablir, et bien que la pandémie de COVID-19 persiste, les gens auront des difficultés extrêmes à payer leurs impôts, beaucoup plus à régler leurs impôts sur les successions même avec le programme d’amnistie fiscale», ont déclaré les partisans de la mesure. .

Ils ont souligné qu’en prolongeant la période de disponibilité pour l’amnistie, les exécuteurs testamentaires ou les administrateurs de la succession peuvent se voir accorder suffisamment de temps pour «récupérer leurs ressources et se remettre sur pied afin de pouvoir encore demander et payer leurs droits de succession».

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER QUOTIDIENNE

CLIQUEZ ICI POUR VOUS INSCRIRE

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer