Actualite

Le COA signale les violations de la CHR lors de l’achat de billets d’avion

La Commission d’audit a demandé une enquête sur l’achat douteux par la Commission des droits de l’homme (CHR) de billets d’avion pour les voyages de fonctionnaires et de personnel au cours des trois dernières années.

Dans le rapport d’audit annuel 2019 du CHR publié jeudi, COA a déclaré que «l’intérêt supérieur du gouvernement» n’a pas été protégé lorsque le CHR a continué à acheter ses billets d’avion auprès d’un «agent de voyages privilégié».

Le COA a déclaré que le CHR avait dépensé 6 891 436,21 P pour les billets d’avion au cours des trois dernières années auprès de Konail Travel and Tours, mais que les offres n’étaient pas couvertes par un contrat valide.

Selon l’agence d’audit, cela enfreint les dispositions de la loi de 2016 sur les règles d’exécution et les règlements révisés de la République 9184 ou la loi sur les marchés publics.

Les auditeurs ont également noté que les achats de billets d’avion pour 165 voyages ont été effectués sans se conformer au plan annuel de passation des marchés de la CHR et aux directives énoncées pour les achats de petite valeur comme l’exige la RA 9184.

En conséquence, le CHR n’a pas garanti «que les prix les plus avantageux pour le gouvernement ont été obtenus», a noté COA.

Le CHR a justifié ses actions en soulignant que la plupart des déplacements vers les activités du CHR «étaient de nature urgente» et que Konai était la seule agence de voyages à autoriser le crédit de ses billets d’avion.

COA a déclaré qu’une enquête doit être menée pour le traitement préférentiel accordé à Konai.

Dans la mise en œuvre de 18 projets sur 20 en 2019, le CHR a également omis de mettre sur papier par le biais de contrats les accords conclus avec les entités impliquées dans le projet.

«Les 18 projets, d’un coût total de 17 142 163,81 P17, concernaient l’achat de main-d’œuvre et de matériaux mis en œuvre par l’émission de bons de commande, au lieu d’un« contrat standard et notarié définissant clairement les droits et obligations des parties contractantes ».

«Il a également été constaté que deux projets restaient inachevés et se sont terminés au 30 juin 2020 alors que 13 projets étaient déjà achevés au 31 décembre 2019, mais ont subi des retards en cours de route», ont observé les auditeurs de l’État.

Sur les 20 projets dont la mise en œuvre était prévue l’an dernier, seuls cinq ont été achevés à temps.

La direction du CHR a accepté de mettre en œuvre la recommandation du COA concernant l’utilisation de contrats standard et notariés pour les futurs projets de construction.

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER QUOTIDIENNE

CLIQUEZ ICI POUR VOUS INSCRIRE

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer