Par Adam Vaughan

Image par défaut du nouveau scientifique

Tours de refroidissement à une centrale électrique au charbon à Ratcliffe-on-Soar, Royaume-Uni

Bibliothèque d’images de la nature / Alamy

Le gouvernement britannique s’est engagé à réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays d’au moins 68% par rapport aux niveaux de 1990 d’ici à 2030, ce qui marque une augmentation significative de l’ambition par rapport aux plans existants de réduction de 53 à 57%.

Le nouvel objectif arrive 9 jours avant que le Royaume-Uni n’accueille un «sommet sur l’action climatique» pour encourager d’autres pays à déclarer des plans climatiques plus rigoureux dans le cadre de l’Accord de Paris, appelés contributions déterminées au niveau national (CDN). Des plans plus solides sont nécessaires pour réduire l’écart entre les hausses catastrophiques de température de 3 ° C et plus pour lesquelles les engagements mondiaux nous ont mis sur la bonne voie et l’objectif de l’accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5 ° C.

«Il s’agit de l’annonce NDC la plus importante à ce jour de toute économie majeure», a déclaré dans un communiqué Richard Black du thinktank britannique Energy and Climate Intelligence Unit.

Publicité

Le nouvel objectif est exactement conforme à ce que les conseillers officiels du gouvernement pour le climat, le Comité sur le changement climatique (CCC), ont demandé dans une lettre publiée plus tôt dans la journée. Le groupe a déclaré que 68 pour cent seraient «en tête du monde» par rapport aux plans existants des gouvernements.

Le Royaume-Uni avait précédemment promis 53% dans le cadre d’un effort conjoint avec le reste de l’Union européenne, mais le Brexit a obligé le Royaume-Uni à produire un nouveau NDC. Par ailleurs, dans la législation nationale, le Royaume-Uni s’était également engagé à une réduction de 57% d’ici 2032.

Le nouvel objectif plus audacieux d’aujourd’hui a été bien accueilli par les groupes environnementaux et les entreprises, notamment Greenpeace, le WWF, Tesco, BT et les sociétés d’énergie.

Néanmoins, il est clair que beaucoup plus d’actions seront nécessaires si le Royaume-Uni veut s’engager sur une voie qui réponde à la nouvelle ambition. L’analyse du gouvernement la semaine dernière a montré que les politiques majeures récentes, telles que l’interdiction des ventes de voitures neuves à essence et diesel d’ici 2030, n’avaient pas réussi à en faire assez pour remettre le Royaume-Uni sur la bonne voie, même pour atteindre l’ancien objectif de 57% d’ici 2032. Le nouvel objectif élargit encore cet écart.

Le nouveau plan ne couvre pas le transport maritime et l’aviation, bien que la CCC appelle aujourd’hui la nouvelle NDC à «inclure des engagements clairs» pour réduire les émissions des deux secteurs. Il ne couvre également que les émissions territoriales et ne tient donc pas compte des émissions provenant de biens produits à l’étranger achetés par des citoyens britanniques.

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite Fix the Planet pour recevoir une dose d’optimisme climatique directement dans votre boîte de réception, tous les jeudis

En savoir plus sur ces sujets: