Les prévisions pour l’économie suisse sont bonnes. Photo de l’AFP

Bien que les prévisions antérieures indiquaient que l’économie suisse faisait face à des perspectives sombres en raison de la pandémie de Covid-19, les derniers chiffres sont plus optimistes.

En novembre 2020, l’Office fédéral de la statistique de la Suisse a indiqué une tendance à la baisse pour 2021.

Mais l’économiste Eric Scheidegger prédit un fort boom pour cette année, même si certains secteurs de l’économie souffrent encore des conséquences de la crise sanitaire.

«Nous nous attendons à une forte reprise à partir de l’été», a déclaré dimanche Scheidegger, chef de la politique économique au Secrétariat d’État à l’économie (SECO), au journal NZZ.

«La Suisse pourrait réaliser une croissance d’environ 4% en 2021 et 2022», a-t-il ajouté.

Même si la Suisse a perdu environ 72 milliards de francs au cours de la pandémie, le pays s’en sortait toujours mieux que ses voisins, a souligné Scheidegger.

L’économie suisse a reculé de 3% en 2020, tandis que l’Allemagne et l’Autriche ont reculé de 6% et la France et l’Italie de 9%.

LIRE LA SUITE: Où sont les offres d’emploi en Suisse en 2021?

Cet optimisme se reflète également dans d’autres études.

Une récente étude menée par la HSBC Bank montre que «la solidité de l’économie suisse résiste à un certain nombre de défis».

Les entreprises suisses «ont fait preuve d’une résilience remarquable face à la tourmente provoquée par Covid-19», a déclaré Jean-Manuel Richier, PDG de HSBC Bank Switzerland

LIRE LA SUITE: Les entreprises suisses sont-elles en bonne forme pour survivre à l’impact de la pandémie?

Et une autre étude, publiée en septembre 2020, a révélé que la Suisse fait partie des pays les mieux placés au monde pour se remettre du coronavirus. pandémie.

Le rapport note que la Suisse combine «une gouvernance de classe mondiale avec des niveaux élevés de capital social et une forte résilience sociale. Ils ont également des systèmes financiers solides, des niveaux d’endettement gérables et une bonne résilience du système de santé ».