Actualite

Les citoyens respectueux des lois ne devraient pas craindre la loi sur le terrorisme, assure Duterte

Les citoyens respectueux des lois n’ont rien à craindre de la nouvelle loi antiterroriste, mais ceux qui tueront des personnes risquent la mort, a déclaré mercredi le président Duterte.

Le président Rodrigo Roa Duterte s’entretient avec la population après avoir tenu une réunion avec les membres principaux du Groupe de travail interinstitutions sur les maladies infectieuses émergentes (IATF-EID) à la Presidential Guest House de Panacan, Davao City, le 7 juillet 2020. JOEY DALUMPINES / PHOTO PRÉSIDENTIELLE

Dans son discours public à la télévision d’État, le président n’a pas mâché ses mots en traitant des terroristes, affirmant qu’il a le droit de tuer ceux qui tuent des gens.

Ce sont les premières remarques publiques du Président quelques jours après avoir signé la loi de la République n ° 11479 ou la loi antiterroriste de 2020 malgré la forte opposition des défenseurs des droits et d’autres groupes.

«Pour le citoyen respectueux des lois de ce pays, je m’adresse à vous en toute sincérité. Huwag kayong matakot kung hindi ka terorista kung hindi mo sisirain ang gobyerno, pasabugin mo ang simbahan, pasabugin mo ‘yung utilities public, pasabugin mo juste pour faire dérailler para matumba tuloy ang bayan (Vous n’avez pas à craindre si vous n’êtes pas un terroriste , si vous ne détruisez pas le gouvernement, faites sauter une église, faites exploser les services publics juste pour faire dérailler, pour faire tomber la nation) », a déclaré le président dans son discours public enregistré.

«Pag pinatay mo ang mga tao, papatayin talaga kita. Anak ka ng… ipusta mo yan sa libingan ng tatay at nanay mo. Si vous faites ces gens, si vous les tuez sans motif, je considérerai comme un droit de vous tuer », a-t-il dit.

Il a également déclaré que le gouvernement avait le droit de défendre la nation si des terroristes bombardaient des églises et des marchés.

Le président a déclaré qu’il s’attend à ce que la loi soit contestée devant la Cour suprême. Mais il a insisté sur le fait que le gouvernement avait besoin de l’arme légale pour lutter efficacement contre le terrorisme dans le pays.

La nouvelle loi, signée le 3 juillet dernier, abroge la loi de 2007 sur la sécurité humaine et renforce l’arsenal du gouvernement dans la lutte contre le terrorisme.

La loi autorise la détention d’un suspect terroriste jusqu’à 24 jours sans dépôt d’accusation, et crée un conseil qui peut désigner une personne ou un groupe comme terroristes présumés qui peuvent être arrêtés et surveillés. Il pénalise ceux qui menacent, planifient, complotent, proposent et incitent à commettre le terrorisme.

Il définit le terrorisme comme des actes visant à causer la mort ou des blessures, des dommages aux biens publics ou privés et aux infrastructures critiques ou à utiliser des armes pour «diffuser un message de peur», provoquer ou intimider le gouvernement, déstabiliser ou détruire le pays sur les plans politique, économique ou social. ou créer une urgence publique ou compromettre la sécurité publique.

Certains groupes se sont opposés au projet de loi antiterroriste alors qu’il craignait qu’il ne soit utilisé pour restreindre les libertés civiles et cibler les détracteurs du gouvernement.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer