Actualite

Réduction massive des prix à la pompe la semaine prochaine – Manila Bulletin

Les prix à la pompe nationaux seront en grande baisse la semaine prochaine à une échelle de P1,50 à P1,60 P par litre pour les produits diesel, sur la base des calculs des acteurs de l’industrie.

Photo du fichier MB. (Mark Balmores)

Pour l’essence, la réduction prévue sera de 0,95 à 1,15 P par litre; tandis que les prix du kérosène baisseront de 1,40 P à 1,50 P le litre.

Cette série de baisses de prix sera la plus importante à ce jour, étant donné que les mouvements de coûts ont été légèrement oscillants au cours des deux derniers mois. Ce sera une consolation majeure pour les consommateurs, d’autant plus que beaucoup économisent pour des dépenses plus importantes pour la saison de Noël.

Les compagnies pétrolières devraient mettre en œuvre les réductions de prix mardi 15 septembre, conformément au suivi hebdomadaire des ajustements qu’elles ont imposé sur le marché pétrolier déréglementé.

L’énorme baisse des prix a suivi une baisse massive des prix mondiaux du pétrole ces derniers jours de négociation – le brut de référence international Brent tombant au niveau de 39 $ le baril contre 43 $ le baril il y a une semaine.

Le brut de Dubaï, qui est considéré comme une référence en matière de prix pour le marché asiatique, s’est également ramolli à 40 $ le baril après avoir dépassé 45 $ le baril ces dernières semaines.

Les experts mondiaux ont noté que la chute des prix internationaux était en partie liée aux anticipations selon lesquelles l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés-producteurs dirigés par la Russie pourraient déjà commencer à assouplir les quotas de production précédemment appliqués.

Sur le marché régional asiatique, sur la base du suivi effectué la semaine dernière par le Département de l’énergie (DOE), la demande est restée terne malgré un marché bien approvisionné; et cela a été principalement attribué au ralentissement persistant de la demande de carburant pour les transports en raison des restrictions de distanciation sociale.

La demande mondiale globale de produits pétroliers est également observée au rythme d’une reprise progressive, de nombreux observateurs et experts du secteur voyant ce phénomène se prolonger jusqu’à l’année prochaine jusqu’en 2022, car il n’y a pas de fin définitive en vue encore comment et quand la pandémie se terminera.

Les observateurs du marché surveillent également de près les prochaines élections aux États-Unis, car il est présumé qu’une victoire des démocrates «pourrait amener une partie des barils sanctionnés – d’Iran et du Venezuela – sur le marché plus rapidement que prévu.

Lorsque cela se produit, comme indiqué, «cela rendra la tâche de gestion du marché par l’Arabie saoudite encore plus difficile en 2021». L’année prochaine, étant donné que la plupart des économies seront sur la voie de la reprise économique, on s’attend à ce que le monde s’appuie fortement sur l’offre de l’OPEP, même si la prudence est de rigueur quant au fait que les risques géopolitiques pourraient perturber les fondamentaux du marché.

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER QUOTIDIENNE

CLIQUEZ ICI POUR VOUS INSCRIRE

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer