Je me suis débarrassé de ma voiture il y a des mois dans un effort pour être plus respectueux de l’environnement, mais cela a été beaucoup plus difficile que ce à quoi je m’attendais et je conduis à nouveau à contrecœur, écrit Graham Lawton


Environnement

| Commentaire

11 novembre 2020

Image par défaut du nouveau scientifique

David Cliff / NurPhoto / Images PA

EN FÉVRIER, avant que l’épidémie de coronavirus ne devienne une pandémie, j’ai franchi le pas et me suis débarrassé de ma voiture. Je pensais que ce ne serait pas un grand sacrifice: je vis à Londres à distance de marche de trois stations de métro et d’innombrables arrêts de bus. Je possède un vélo. Il y a des taxis et des Ubers; les supermarchés livrent. J’ai rejoint un programme d’autopartage et affecté la somme d’argent non négligeable que je dépensais pour garder ma voiture sur la route pour financer mon avenir de transport vert.

Puis le verrouillage s’est produit et le fait de ne pas avoir de voiture a soudainement été un sacrifice. JE …