Sante

L’hypnose pour arrêter de fumer

Conscients des effets négatifs du tabac sur leur vie et leurs organismes, certaines personnes cherchent à mettre un terme à leur addiction. Heureusement pour eux, plusieurs méthodes sont proposées à cet effet. Parmi elles, existe l’hypnose qui de nos jours intéresse d’ailleurs de plus en plus de monde. Elle serait d’après des sondages une excellente méthode pour arrêter de fumer.

Qu’est-ce que l’hypnose ?

L’hypnose est encore appelée induction hypnotique. Il s’agit d’un état psychologique très voisin du sommeil qui est provoqué par des moyens chimiques. Il l’est très souvent par des manœuvres de suggestion. Le terme est un dérivé du mot « hypnotisme », proposé en 1820 par le magnétiseur et officier français Etienne Félix d’Henin de Cuvillers. Dès 1878, l’hypnose sera rétablie par Jean-Martin Charcot comme un sujet d’étude scientifique. On en distingue plusieurs types qui semblent bien se ressembler entre eux :

  • l’hypnose classique ;
  • l’hypnose humaniste ;
  • l’hypnose ericksonienne ;
  • la nouvelle hypnose,
  • et l’hypnose de rue ou de spectacle ;

Plus tard, l’hypnose devient une technique thérapeutique capable de résoudre de nombreuses problématiques.

La technique de l’hypnose pour arrêter de fumer

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, aucune preuve tangible n’a encore certifié de l’efficacité de l’hypnose sur la dépendance au tabac. Pourtant, les résultats sur le terrain sont tout autres. Beaucoup de personnes commencent à croire en cette méthode, et la technique utilisée par l’hypnothérapeute dépend du diagnostic de son patient. Celui-ci part du principe selon lequel la consommation du tabac découle d’une raison bien précise. Il évalue donc les motivations de son patient, ses liens de dépendance, et essaie de découvrir si son environnement professionnel ou familial a été favorable ou non à sa dépendance.

Après ce diagnostic, l’hypnothérapeute va se référer à l’une ou l’autre de ces techniques :

  • la technique de la suggestion directe : elle va consister à suggérer au fumeur de modifier ses rapports avec la cigarette. Il est invité à changer de comportement vis-à-vis du tabagisme ;
  • la technique de l’auto hypnose : elle revient à le rendre autonome dans sa décision et dans sa démarche de délaisser la cigarette ;
  • la technique de la visualisation : le fumeur essaie de se projeter dans l’avenir. Il se projette dans un futur ou il mène une vie sans troubles, sans problèmes liés au tabagisme ;
  • la technique aversive : le patient est invité à considérer le fait de fumer comme une action dégoûtante, négative et dangereuse. Il faut donc accentuer la négativité du tabagisme pour lui faire ressentir une aversion.
  • la technique de la perception : le fumeur doit enfin modifier sa perception de la dépendance au tabac.

Toutefois, la méthode la plus adulée par tous les psychothérapeutes est celle de l’Américain Herbert Spiegel. Elle fait intervenir trois suggestions. La première est que, la fumée de la cigarette est un poison. la seconde est que le corps doit obligatoirement être protégé de cette fumée, car il le mérite. La dernière quant à elle suggère qu’il est possible de vivre sans fumée, et qu’il est même très agréable de le faire.

Comment se déroule la séance ?

Le fumeur qui a décidé d’arrêter la cigarette, est invité à s’installer confortablement lorsqu’il vient pour sa séance d’hypnose. Il ferme les yeux et permet ainsi à l’hypnothérapeute de faire le choix de la stratégie d’hypnose à lui appliquer. Celle-ci doit toujours reposer sur des exercices qui répondent aux discours du fumeur, mais également à ses croyances. Autrement dit, chaque séance est toujours différente de l’autre.

Dans le cas par exemple des personnes qui considèrent le tabac comme une bonne chose, le spécialiste peut les inciter à le considérer désormais comme une action qui dirige leur vie, qui les emprisonne et qui réclame une rançon. Grâce à l’hypnose, ils doivent comprendre qu’ils sont obligés d’exécuter tous les ordres donnés par cette chose, et que c’est elle qui les contrôle. Il leur faut donc à tout prix se libérer de cette domination. Elles doivent également considérer la cigarette comme un poison qui vient détruire leurs poumons et leur gorge.

Par contre pour une personne qui en est totalement obsédée, l’hypnothérapeute va procéder différemment. Il va l’inciter à garder en main son paquet de cigarettes, tout en considérant que celui-ci lui brûle la main. Le but recherché est que la personne se fixe à l’esprit qu’elle est en train de se faire du mal, et que ce déclic lui fasse changer sa perception et son addiction à la cigarette.

Après ces vives suggestions, la séance prend fin, et le patient peut revenir lentement à la réalité. L’hypnose peut parfois être associée à une programmation neurolinguistique ou à une thérapie comportementale. Très souvent les résultats s’obtiennent suite à une ou deux séances.

L’efficacité de l’hypnose pour arrêter de fumer

Une étude américaine conclut que les substituts nicotiques ne seraient pas aussi efficaces que l’hypnose. Ainsi, 72 % des fumeurs ayant été soumis à une thérapie d’hypnose arrêtent de fumer un mois après la dernière séance. 63 % d’entre eux le font après deux mois, 45 % après trois mois, et au moins 35 % après 6 mois. Cependant, le sevrage brutal provoque souvent des effets secondaires sur leur santé. 5 % de ces patients doivent faire face à une dépression, tandis que 13 % ressentent une forte anxiété dès les premiers jours. 30 % des patients hypnotisés peuvent par ailleurs subir une prise de poids : deux à huit kilogrammes plus précisément.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer