Connaissez-vous l’histoire des sushis ?

Depuis au moins 20 ans, le sushi a conquis le monde. Des États-Unis en passant par l’Europe et l’Afrique et jusqu’en Océanie, cette spécialité japonaise est devenue une des recettes phares. Il n’est pas rare de voir ce plat lors de différentes fêtes en famille ou entre amis. Il est également proposé dans la plupart des cartes des restaurants. Pourtant, beaucoup ignorent vraiment l’histoire de ce met qui se mange traditionnellement avec les doigts.

À la rencontre du sushi

Si certains le préfèrent fumé, d’autres le mangent cru. Mais il est toujours accompagné de quelques ingrédients comme des légumes, et des fruits de mer. Le goût sucré-salé est toujours présent afin d’atténuer l’aigretté du vinaigre de riz. De toutes les recettes japonaises, le sushi est l’un des plus appréciés dans le monde.

À noter que le sushi a vu le jour il y a plusieurs siècles, mais pas dans la forme proposée dans les restaurants actuellement. Au début, ce n’était qu’un plat simple. Après quelques modifications et améliorations, le sushi est devenu un plat raffiné. Le plat a connu son apogée au cours du 8e siècle au pays du soleil levant bien que le plat ait été adopté depuis le 5e siècle.

D’après les recherches, le type de sushi proposé actuellement a vu le jour entre 1600 et 1868, c’est le hayazushi. À ses débuts, la recette était une composition de riz fermenté et de poisson à consommer ensemble. À côté des samurais, des geishas, le sushi fait également partie de la culture nippone. 

Le sushi n’est pas japonais

Bien que la majorité des récits avancent que sushi soit d’origine japonaise, il faut savoir que c’est une recette qui vient de la Chine. Il a vu le jour vers le 2e siècle après JC. À cette époque, ce n’était pas encore un plat à consommer.

En effet, le riz était généralement utilisé pour la conservation des aliments. Plus précisément, on superposait des couches de riz sur des poissons. Ce processus est réalisé dans un endroit à l’abri de la lumière et exempté d’humidité. Le mélange est conservé durant des mois avant que les poissons soient consommés et le riz jeté. On appelait cette opération le « narezushi ». Cette pratique a été démocratisée et adoptée par de nombreux pays de l’Asie notamment le Japon.

Vers le 17e siècle, des familles d’Edo, ancien nom de Tokyo, ont innové la technique en ajoutant du vinaigre de riz au « narezushi ». Si au début leur objectif est d’optimiser le processus de conservation, la technique leur a permis de découvrir une nouvelle recette. À partir de ce moment, le riz n’était plus jeté, mais a été consommé grâce à son goût inégalable. La nouvelle s’est éparpillée à travers le pays et chaque région a créé une recette qui lui est propre. Mais lors de son apparition, on ne trouvait le sushi que lors des différentes festivités et sur les tables des grands seigneurs.

Ce n’est qu’au début du 19e qu’on assiste à la vulgarisation de la recette. Le sushi proposé à cette époque est l’ancêtre de celui qu’on propose de nos jours.

Son importation hors du territoire s’est effectuée à partir de 1923 à la suite d’un séisme mortel au Japon. Cet événement a incité de nombreux chefs japonais à s’exiler dans les 4 coins du globe. Ils ont commencé à faire connaitre ce plat ainsi qu’autres spécialités locales sur la scène internationale. Après la 2de guerre mondiale, le sushi est l’un des plats les plus prisés des Occidentaux.

Les sushis contemporains

Avant d’atteindre les frontières occidentales, le sushi était vendu dans les stands de nourritures japonaises, notamment dans la capitale. Le mérite de la transformation du sushi commercialisé revient à Hanaya Yohei. Ce dernier a compris qu’il n’est plus indispensable d’envelopper le poisson dans du riz. Il a eu effectivement l’idée de dresser quelques morceaux de poisson sur une portion de riz bien étalé, mais de forme arrondie. Cette forme de sushi est toujours d’actualité, car il s’agit du « sushi nigiri » ou « edomae sushi » encore proposé de nos jours.

Désormais, le sushi est proposé de différentes manières grâce à l’influence occidentale. On peut découvrir diverses façons de concocter du sushi notamment dans les restaurants les plus renommés au monde. Sachez que le sushi le plus cher est celui au thon rouge.

Le sushi a une longue et riche histoire. De l’avis de nombreux observateurs sociaux, il n’est pas fréquent de rencontrer une spécialité culinaire qui puisse conquérir le monde. Cette recette a effectivement l’avantage et la particularité d’influencer d’autres cultures gastronomiques. Dans sa forme traditionnelle ou revisitée, le sushi séduit toujours les papilles !

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer