AccueilActualitésLutte contre la piraterie de manga et d'anime au Japon : Le...

Lutte contre la piraterie de manga et d’anime au Japon : Le site Mangamura condamné à payer une amende colossale

Publié le

par

La culture de l’anime et du manga, en pleine expansion, fait face à des défis majeurs liés à la piraterie.

Un récent jugement au Japon marque un tournant historique avec une condamnation record à l’encontre du site Mangamura, impliquant des réparations financières sans précédent.

Lire aussi :

  1. Comment les nouveaux showrunners comptent-ils influencer la direction et le ton de la saison 2 de la série live-action One Piece sur Netflix ?
  2. Quelles pourraient être les conséquences de la rébellion de la Marine contre le Gouvernement Mondial dans l’univers de One Piece ?

Condamnation historique pour Mangamura

Le Tribunal de district de Tokyo a imposé à Mangamura, un site notoire de piraterie de manga, de payer une amende de 1,7 milliard de yens (environ 11 millions de dollars US). Cette somme représente la plus grande indemnisation jamais ordonnée au Japon pour des dommages liés à la piraterie en ligne. À son apogée, Mangamura comptait plus de 537 millions de visites et proposait 70 000 volumes de manga, causant des pertes estimées à 320 milliards de yens avant sa fermeture en avril 2018. Les éditeurs Shogakukan, Kadokawa et Shueisha, victimes de ces actes, ont exprimé leur intention de continuer à lutter vigoureusement contre les violations de droits d’auteur.

Comment la théorie d’un fan de One Piece explique-t-elle le manque de sommeil de Barbe Noire et prédit son avenir en tant que roi des pirates?

Réactions et répercussions du verdict

L’opérateur de Mangamura, déjà condamné à trois ans de prison en 2021, a exprimé sa déception face au verdict, citant un manque de considération pour les preuves présentées et annonçant envisager une demande de nouveau procès. Parallèlement, les efforts pour combattre la piraterie s’intensifient au niveau international. Le groupe anti-piraterie japonais CODA collabore avec la Motion Picture Association (MPA) pour développer des solutions globales et renforcer la protection des droits d’auteur à l’échelle mondiale.

État de la piraterie globale et efforts contre les violations

Malgré une baisse significative de la piraterie au Japon, la situation internationale reste préoccupante. Les États-Unis ont été identifiés comme le principal contrevenant en matière de piraterie de manga. En outre, des statistiques récentes de MUSO placent plusieurs séries d’anime parmi les émissions les plus piratées de 2023. La piraterie vidéo et éditoriale à l’international a également vu une augmentation, compliquant les efforts de répression en raison de la difficulté à localiser les serveurs pirates. L’exemple récent du site Aniwatch, qui a contourné un blocage en Inde en migrant rapidement vers une nouvelle plateforme, illustre les défis continus auxquels les autorités sont confrontées.

Quel membre de l’équipage des Chapeaux de Paille influence Luffy à se comporter comme un pervers autour de Nami dans One Piece ?

En conclusion, bien que des progrès soient faits sur le front domestique au Japon, la lutte contre la piraterie d’anime et de manga à l’échelle internationale nécessite une coopération et des innovations constantes pour s’adapter aux stratégies toujours plus sophistiquées des pirates. Les implications de ce jugement record pourraient inciter à des changements réglementaires et technologiques majeurs dans la gestion des droits d’auteur numériques à travers le monde.

Partager cet article

Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici