AccueilActualitésQuels sont les principaux éléments du nouvel accord entre Uber, Lyft et...

Quels sont les principaux éléments du nouvel accord entre Uber, Lyft et l’État du Minnesota concernant la rémunération des chauffeurs ?

Publié le

par

Uber et Lyft, les deux plus grandes entreprises de covoiturage aux États-Unis, ont conclu un accord avec l’État du Minnesota qui prévoit une augmentation de la rémunération des chauffeurs à partir du 1er janvier 2025.

Selon la nouvelle loi, que le gouverneur Tim Walz devrait signer, les chauffeurs auront droit à un salaire minimum de 1,28 $ par mile parcouru et de 0,31 $ par minute. Ces tarifs correspondent approximativement aux recommandations d’une étude étatique sur la rémunération des chauffeurs.

Lire aussi :

  1. Rivian lance des rabais importants pour convertir les conducteurs de véhicules à essence en électrique
  2. Comment la restructuration de Motional affectera-t-elle ses plans de lancement pour le service de robotaxis commerciaux ?

Un compromis aux multiples facettes

Cette législation met fin à plusieurs mois de tensions durant lesquels Uber et Lyft ont menacé à plusieurs reprises de quitter l’État. Toutefois, cet accord n’est pas vu comme une victoire claire pour une partie en particulier, mais plutôt comme un ensemble de compromis qui apportent quelque chose à toutes les parties impliquées, sauf peut-être aux utilisateurs des services. Josh Gold, directeur senior de la politique publique chez Uber, a exprimé son contentement de pouvoir continuer à opérer dans le Minnesota, bien qu’il considère les tarifs fixés comme trop élevés. Selon lui, cette augmentation des tarifs entraînera une hausse des coûts pour les utilisateurs et une baisse de la demande.

Votre prochain véhicule électrique pourrait être ce robot quadrupède capable d’accueillir quatre personnes

Implications pour les chauffeurs et les utilisateurs

La loi ne se contente pas de réguler les salaires ; elle introduit également des protections telles que l’assurance véhicule et une compensation en cas de blessures sur le lieu de travail. Ces protections ont un coût, qui, à New York par exemple, est répercuté sur les utilisateurs via une taxe de 2,75 % sur chaque course, destinée à financer le Black Car Fund, un fonds de compensation pour les travailleurs. L’augmentation potentielle des coûts pour les passagers était une préoccupation majeure pour le gouverneur Walz, qui avait précédemment opposé son veto à une version antérieure du projet de loi, craignant qu’elle ne rende le Minnesota l’un des États les plus coûteux pour les services de covoiturage.

Une lutte plus large pour le contrôle local et les droits des travailleurs

Cette nouvelle loi empêche également les villes comme Minneapolis, où 95 % de tous les trajets en taxi et covoiturage ont lieu, de fixer leurs propres salaires minimums. En mars, le conseil municipal de Minneapolis avait adopté une ordonnance garantissant aux chauffeurs un taux minimum de 1,40 $ par mile et de 0,51 $ par minute, que Uber et Lyft avaient contestée.

Tesla rappelle 2,2 millions de véhicules électriques pour une raison dingue

Cette restriction du pouvoir local a suscité la critique de plusieurs politiciens locaux, y compris le vice-président du conseil municipal de Minneapolis, Aisha Chughtai, qui a qualifié ces tentatives d’atteinte au contrôle local de “tactique républicaine et corporative”. L’accord au Minnesota intervient alors que la bataille pour les droits des travailleurs indépendants continue de faire rage en Californie, avec des implications potentielles pour l’opération des entreprises de covoiturage à travers le pays.

Caroline
Caroline
"Caroline est une rédactrice passionnée et visionnaire pour 2051.fr, où elle explore les frontières de l'innovation et de la technologie. Elle possède une expertise particulière en intelligence artificiel, ce qui enrichit ses articles d'analyses perspicaces et de perspectives avant-gardistes. Avec une curiosité insatiable pour les évolutions technologiques et leur impact sur la société, Caroline s'engage à dévoiler les tendances émergentes qui dessineront notre avenir. Ses écrits ne se contentent pas de présenter des faits ; ils invitent à la réflexion, offrant aux lecteurs une fenêtre sur le monde de demain. Sa capacité à lier les avancées scientifiques aux enjeux sociétaux fait de ses articles une lecture incontournable pour ceux qui s'intéressent à l'avenir de notre planète."

Partager cet article

Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici